Mieux Comprendre

L’économie… Circul’R !

Le printemps, c’est le foisonnement d’idées. l’énergie revient « germer ». Plus que jamais en ce printemps 2020, nous nous questionnons : à quoi devrait ressembler « demain »?

Bien entendu, il y a rarement une seule réponse à une question mais un ensemble de solutions. Toutefois, pour simplifier les choses, aujourd’hui on tranche un peu : nous devons tous construire un monde plus circulaire. Une économie plus circulaire ! Celle qui prend le contre-pied du « acheter-consommer-jeter ». Le modèle linéaire est désormais « has-been ».

Nous avons interrogé la fabuleuse équipe de Circul’R .

Cette jeune entreprise œuvre à connecter les start-ups de l’économie « circulaire » aux « grands groupes » qui font notre économie actuelle. Le but?  Co-créer des solutions pour un monde plus juste, plus durable et plus équitable.

L’économie circulaire doit être inclusive et au service de tous. Raphaël

Le besoin d’une transition écologique et sociale se fait tous les jours plus pressant. L’économie circulaire a une vision inclusive et sait réinventer la sauce. Quand nous nous sentons malheureusement limités par le manque de moyens, nous avons finalement devant nous l’opportunité d’innovations frugales encore insoupçonnées.

 

En valorisant des textiles issus de notre industrie française, nous « sauvons » des matières qui auraient été jetées.

Si on vous en parle aujourd’hui, d’économie circulaire  c’est parce que c’est un des piliers de la construction de notre marque Les Hirondelles. Valoriser les chutes de tissus d’usines ou d’autres marques contribue à réduire les déchets de notre industrie.  Ce faisant, la valeur ajoutée de cette action s’inscrit dans l’économie locale et y est bien répartie.

Le plus important dans l’économie circulaire pour moi c’est l’intelligence collective que cette transition nécessite. C’est la paix intérieure des acteurs et décideurs qui permettra l’ouverture suffisante pour imaginer des projets pilotes, puis leur extension à l’entreprise, puis la société. Génia

Notre but commun: reconstruire durablement la filière textile et contribuer à ce que son activité soit la plus vertueuse possible.

Chaque jour, de nouvelles idées, de nouvelles discussions, de nouveaux croquis sur un coin de table ou sur un paperboard. Pourquoi ? Pour se projeter à créer des alternatives ambitieuses à ce qui est fait aujourd’hui. Que cela soit dans la mode ou dans tout autre secteur d’activité. L’activité humaine crée un certain nombre d’externalités, de conséquences plus ou moins positives, plus ou moins dévastatrices… Nous sommes bien placées pour reconnaître l’importance de la coopération et de la collaboration avec tous les acteurs de la filière textile.

Le visage de notre future économie doit ressembler à un foisonnement de relations, d’acteurs complémentaires (scientifiques, économistes, artistes,…) qui se concertent ensemble pour déterminer l’utilité d’une production. Non pas seulement « est-ce qu’on peut limiter son impact? » mais « est-ce que cette production peut avoir un impact positif sur l’Homme et son écosystème? ». Stéphanie

Alors, qu’est-ce qui nous limite encore aujourd’hui ?

Parce que manifestement les blocages persistent. La plupart des entreprises créent, certes. Toutefois, elles créent sans se demander ce que demain, les consommateurs et utilisateurs feront de leurs produits. Qui s’occupera de la fin de vie ? De sortir la poubelle ? … de la jeter ? Et, à quel endroit ?

Lorsqu’on est seul dans son coin, qu’on se regarde le nombril, on oublie qu’on vit grâce et dans un écosystème dense. Cet écosystème est une opportunité, une chance. Il faut le respecter et s’en servir de levier.

J’ai pu me rendre contre que toutes les solutions techniques existent, le principal frein est culturel, il faut développer une culture de la collaboration, basée sur une vision commune et une confiance mutuelle. Matthieu

L’économie circulaire commence par interroger notre rapport aux choses avec la méthodologie des 5 « R ».  Refuser, réduire, réutiliser, réparer et recycler. L’économie circulaire, ce n’est pas uniquement trouver une solution à un déchet qui existe. C’est avant-tout se demander comment ne pas produire de déchets ? Consommer moins mais mieux… Comment produire de la matière qui servira à nouveau à la fin de vie du produit ? Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme …

On parle souvent des « 3R » de l’économie circulaire Réduire – Réutiliser – Recycler. Le premier R – Réduire – est primordial (…) »Le meilleur déchet est celui qui n’existe pas ». Jules

Une question essentielle…

Quand on interroge chacun des membres de l’équipe Circul’R avec la question suivante : quel est le critère de choix numéro 1 lorsque tu as envie d’acheter un vêtement ? La réponse est sans appel et sans concertation préalable ! « Est-ce que j’en ai vraiment besoin ? » .

Bien entendu, la provenance et l’éco-conception talonnent cette question.

# # #

Pour rire un peu : quand on se demande ce qu’on va faire de nos déchets

Pour aller plus loin :L’économie circulaire mise en film d’animation,  ou en schéma ! grâce à la fondation Ellen MacArthur

Ou encore une vidéo inspirante qui nous parvient d’Inde : Quand l’innovation frugale fait des merveilles ,

 

Rédaction @ Clarisse Cazenave

à lire également