Consommation responsable, Les coulisses de la mode, S'inspirer, apprendre...

Le surcyclage ou upcycling… c’est quoi ?!

Surcyclage, upcycling, recyclage… Ce sont des mots que l’on entend de plus en plus souvent. Mais de quoi s’agit-il ? Quelle différence ?

Si surcycler c’est recycler, recycler ce n’est pas pour autant surcycler ! “

Le recyclage a pour but de récupérer de la matière, des composants, ou des matériaux déjà utilisés, pour les réintroduire dans le cycle de production de nouveaux produits. Son objectif est de réduire les volumes de déchets, ainsi que de préserver les ressources naturelles en utilisant de la matière déjà existante.

Le surcyclage (upcycling en anglais) donne, lui aussi, une seconde vie à des produits ou des matériaux dont on n’a plus l’usage.

La grosse différence, c’est qu’au lieu de détruire la matière pour en refaire une nouvelle, on l’utilise telle quelle, en la détournant de son usage ou en l’enrichissant d’une façon ou d’une autre. D’où la désignation  “sur”cyclage, qui remet dans la boucle par le “haut”.

3 marques de MODE, trois façons de faire du SURCYCLAGE (upcycling)

Kilomètres, Paris

A l’origine, Kilomètres Paris ce sont des vêtements chinés datant d’une époque où les tissus pouvaient servir à plusieurs générations, traversant parfois les siècles. La créatrice Alexandra SENES sélectionne avec soin les vêtements dans des brocantes. Elle crée ensuite des graphismes modernes et originaux qu’elle fait broder à la main par des artisan(e)s  créant ainsi des pièces uniques à haute valeur ajoutée.

Le luxe ultime aujourd’hui ce n’est pas d’avoir un logo sur un sac à main, c’est d’avoir une pièce qui a été brodée pendant trois mois par quelqu’un, l’énergie qu’a pu mettre quelqu’un dans son travail, ce sont des chefs-d’œuvre. Chaque chemise qu’on fait, chaque pièce qu’on trouve sur le marché est faite par un artisan et a une valeur dix fois plus élevée que celle qu’on met Avenue Montaigne.

Les Récupérables

Comme le sous-entend son nom, la marque confectionne de nouveaux vêtements, sacs et accessoires à partir de la récupération, entre autre, de linges de maison vintage en partenariat avec Le Relais qui collecte des tonnes de vêtements et linges usagés via leurs bornes de dépôt un peu partout en France. Anaïs DW, la fondatrice, offre une deuxième vie à ces tissus déjà utilisés.

Pourquoi produire encore, il y a tant de matières à réutiliser?

Chez Les récupérables, un produit suit ce processus :

  1. Collecte du tissu
  2. Imagination du modèle
  3. Nettoyage des tissus récupérés
  4. Patronage
  5. Confection

Cela donne de jolies pièces de caractère en séries exclusives, on adore!

Les Hirondelles

Nous avons fait le choix de revaloriser les chutes de l’industrie textile française.
En effet, 2/3 de la production de déchets à l’échelle mondiale vient de l’activité industrielle contre 1/3 de l’activité domestique.

En France, chaque année, 4 millions de mètres de tissus neufs sont mis au rebut, c’est inévitable et cela représente entre 2 et 5 % de la production totale.

Dans une production de tissu, il y a forcément des rouleaux mis de côté. Étant jugés comme “non conformes” pour être exploités à l’échelle industrielle que ce soit à cause d’un problème de teinte, d’un fil tiré, ou d’un défaut de production… Pour éviter que ces chutes s’accumulent sur les étagères des tisseurs et des marques, nous les utilisons comme matières premières. C’est nous qui nous adaptons à ses particularités. Un procédé complexe qui nécessite de s’adapter à chaque rouleau et qui demande beaucoup d’attention, mais qui permet de réduire concrètement l’impact environnemental de la mode.

Chez Les Hirondelles, nous donnons à chacun, individuellement, la possibilité de réduire la quantité de déchets industriels. C’est inédit !

Rédaction @EdithPapet et @ClaireAlvernhe

à lire également