Manifesto, Mieux Comprendre

Nos soldes : No soldes!

À chaque fois que janvier pointe le bout de son nez, nous voyons les vitrines des commerçants se parer de milles couleurs qui égayent l’hiver morose. 

D’abord, nous trouvions cela joli, ça attirait le regard et attisait la curiosité. Ça déclenchait une envie spontanée, étrange, un sentiment de besoin, curieux. Une zone du cerveau s’activait, qui habituellement ne se réveillait qu’à la vue d’un bon cookie aux pépites de chocolat… hahaha !

Oui, un jour, nous aussi on a été :

  • Euphoriques devant cette combi-pantalon à -70% chez Z***
  • Attisées devant cet aspirateur D**** sans fil à prix cassé 
  • Émoustillées devant ce lot de DVD 2 + 1 gratuit de T****T**O en édition limitée !

Bref, les soldes quoi …!

En achetant des vêtements au rabais, on cautionne une industrie polluante et inégalitaire et surtout, on accepte d’être pris pour des cons. Oui.

L’industrie de la mode est une industrie très polluante par la consommation des ressources (eau, énergies fossiles, traitements chimiques, …) mais aussi très inégalitaire (le coût de la main d’oeuvre délocalisée loin de chez nous où le salaire moyen mensuel est autour de 80€). Quand on met le nez dans l’industrie et les mains dans le cambouis, on est bien forcé de l’admettre:  cette fameuse période de janvier, les soldes, c’est un beau gâchis? C’est vrai en général et particulièrement dans le textile.

En vérité, si les marques peuvent “solder” leur articles, c’est que les marges qu’elles réalisent le permettent. Comment ? Au détriment des travailleurs qu’on presse comme des citrons à travailler pour « pas cher ». Au détriment de notre milieu naturel dont on épuise les ressources pour fabriquer cet énième tee-shirt que vous ne garderez que trop peu de temps dans votre garde-robe !

Il y a forcément un truc qui ne tourne pas rond si on nous propose du -70% sur le prix TTC du jour au lendemain. 

Avec des techniques de marketing agressives, ces beaux panneaux colorés affichant des % à gogo nous invitent tout bonnement à sur-consommer, sans limite et de façon compulsive. Mais comment résister ? 

Pensez à la méthode « BISOUS » :

  • B : est-ce que j’en ai BESOIN ?
  • I : est-ce un besoin IMMEDIAT ?
  • S : ai-je quelque chose de SEMBLABLE ?
  • O : est-ce que je connais l’ORIGINE du produit ?
  • U : est-ce UTILE ?
  • S : ai-je les SOUS ?

… Alors maintenant, quand on passe devant une vitrine aguichante, on est plutôt :

  • Raisonnées:  à réfléchir à deux fois et se demander si on a “vraiment besoin” de quelque chose en ce moment ou si on s’est encore fait avoir par notre cerveau et les séduisantes accroches marketing.
  • Responsables: à dire “non” je ne veux pas soutenir des pratiques que je ne juge pas “éthiques” et “équitables” même si ça m’aurait bien arrangé d’acheter ce manteau à prix cassé.
  • ( R ) éveillées: on sensibilise autour de nous à des pratiques minimalistes… on dit ce qu’on fait et on fait ce qu’on dit !

Chez Les Hirondelles, nous ne faisons pas de soldes car nous offrons un prix juste et cela toute l’année pour faire tisser, tricoter, confectionner vos vêtements localement. Nos couturières ne baissent pas leur salaire spécialement au mois de janvier, nous achetons les justes quantités pour ne pas avoir à “déstocker”, nous faisons autant de publicité que d’ordinaire ,-) et surtout, nous tâchons d’être le plus transparent possible pour que vous compreniez.

Du bon sens et de l’éthique. Tout simplement.

Pour aller plus loin, regardez notre article coup de coeur du magasin « L’appartement Français »  à Paris en cliquant « ici« .

Rédaction @ Clarisse Cazenave

à lire également